Arrière-saison

arrieresaison200
Caractéristiques du livre

Titre: ARRIERE-SAISON
Auteur: Gérard GLAMEAU
Editeur: Sol’Air (Nantes)
Format: 11X19cm
Nombre de pages: 120 pages
Parution: mai 2005
Prix: 12 euros
ISBN: 2-9525061-0-8
.
.
.
.
.
.
.
RÉSUMÉ

L’ARRIÈRE-SAISON garde en mémoire les effluves de la saison qui s’achève tout en s’imprégnant déjà de celle qui va suivre. La vie porte ainsi ces instants charnières qui ne sont plus vraiment et qui ne sont pas encore. C’est dans l’un de ces moments, propices à la solitude comme à la rencontre, à la mémoire mais aussi à la découverte, que Gérard Glameau a écrit ce recueil, fait de textes courts dont chacun résonne comme un moellon de cet édifice complexe qu’est la vie. Un ouvrage à déguster comme un sorbet fruité, à laisser fondre lentement pour en apprécier tout le parfum.

 

PRÉFACE de Jean-Pierre MAJZER

En nous offrant ce second recueil, Gérard Glameau nous ouvre une nouvelle fois sa porte et son coeur. Comme Eluard, il nous « donne à voir ». Mais au-delà des apparences.

En effet, quelle est cette « Arrière-saison » ? De prime abord, l’ambivalence du titre retient l’attention, et la Table des matières annonçant quatre « Livres » suggère d’étranges rapports entre chaque partie et le tout. Si le premier « Livre » est un « Retour sur une vie » avec ses « Fragments » – véritable mémoire des sens – le second est consacré aux « Objets », aux « Lieux de vie… ou de passage ». Il nous fait entrer dans un espace de vérité qui nous serait presque familier. Le « pays » du poète n’est-il pas aussi le nôtre ? D’ailleurs, ces « Rencontres de chaque jour ou simplement furtives » du troisième « Livre », à la fois singulières et décisives, sont-elles si différentes de celles que nous avons vécues ? On serait tenté de voir dans le classement alphabétique des poèmes du dernier « Livre » un simple « Amusement ». Ce serait oublier qu’humour et sagesse imprègnent la méditation philosophique de cet « Etat des lieux », constat sans concession de nos élans divers.

Dans l’aventure du langage et de l’être, reste à ne pas confondre la progression et le but, l’ascension et le sommet. Tous ces poèmes en prose sont d’une rare densité et d’un réel modelé. Apparemment nés d’une seule coulée de texte, ils sont en réalité sculptés dans la langue, avec leur rythme, leur pouvoir de suggestion et d’émotion. Aucun n’est isolé. Chacun apporte sa pierre et sa preuve à l’ouvrage qui est épreuve du temps. « Le vieil arbre » est l’arbre de vie auquel s’identifie le poète. Il inaugure le recueil qui nous donne ses beaux fruits d’automne. Quant au dernier poème, intitulé « Vision », il promet d’autres saisons en associant le lecteur à l’acte de création.

Homme de science et de conscience, authentique poète attentif aux êtres, aux choses, à la terre, Gérard Glameau sait qu »l faudra toujours « remettre le chaume à neuf ». Tout est toujours à recommencer « à petites doses », à « petites touches », « à petits coups de mots ». Non pas seul, mais « à la lumière des existences ». Les « pierres de langue » qu’il travaille, assemble, sème, sont autant de témoins de la vie qui passe. Elles sont exigence de lucidité et de tendresse. Elles changent le regard et donnent sens à l’amour. Qui pourrait refuser « ce chemin du bonheur », cette invitation à ne pas tarder d’aimer ?

Jean-Pierre MAJZER